Durant deux mois, nous avons testé les verres Transitions. Cela peut vous paraître bien éloigné de l’univers geek, mais détrompez-vous, cette technologie de verres à teinte variable qui ne date pas d’hier, a considérablement évolué depuis que l’inspecteur Derrick avait décidé de s’en équiper. Et avec la sortie prochaine des fameuses Google Glass et surement de quelques concurrents, il nous a semblé intéressant de s’attarder un peu sur cette technologie !

Un petit peu d’histoire

Transitions Optical est une joint-venture fondée en 1990 par le géant américain de la chimie PPG Industries, Inc. (le fabricant du verre de la pyramide du Louvre) et le numéro 1 mondial des verres correcteurs, la société française Essilor International. En 2011, les deux sociétés mères de Transitions Optical ont enregistré respectivement un chiffre d’affaires de 14,9 milliards de dollars

US et de 4,2 milliards d’euros.

Transitions Optical a été la première entreprise à commercialiser, en 1991, un verre photochromique en plastique. Six générations de verres Transitions se sont succédé au cours des vingt dernières années, mais la société a également lancé d’autres technologies ces cinq dernières années.

transitions1

Le photochromisme en quelques mots

Le photochromisme est une variation réversible de la couleur en présence de rayons UV et de chaleur. La première application du photochromisme à l’optique remonte aux années 1960, lorsque des halogénures d’argent microcristallins, plus couramment utilisés dans la fabrication des pellicules et du papier photo, sont incorporés à des verres de lunettes minéraux pour leur conférer des propriétés photochromiques.

photocrom

Transitions Optical détient 80 brevets et a développé 3 750 pigments photochromiques, dont certains de la famille des indenonaphthopyrans. 78 demandes de brevets supplémentaires ont été déposées.

Le processus pour disposer de verres Transitions

Les fabricants de verres ophtalmiques (de correction ou de prescription) envoient leurs verres bruts non traités, appelés « substrats », à Transitions Optical. Les verres sont soumis au processus de traitement photochromique, puis renvoyés aux fabricants ou directement transmis aux différents laboratoires d’optique pour recevoir d’autres traitements (traitements antireflets ou hydrophobes). Ils peuvent ensuite être envoyés à un opticien, qui va polir les verres et les intégrer à la monture que vous avez choisie.

En France c’est un verre sur 10 qui est un verre Transitions et aux États-Unis un verre sur 5.

transition2

En gros, la technologie pour transformer un verre classique en verre Transition consiste à déposer les pigments photochromiques sur la face avant du verre et de le faire tourner à très haute température pour s’assurer que la solution soit uniformément revêtue. Ce procédé permet de ne pas augmenter l’épaisseur du verre et surtout de s’assurer d’une longévité accrue de la technologie sur ce dernier.

Le test

Le verre Transitions Transitions fait partie de la génération VI. Il a été monté sur des montures assez classiques que nous avons utilisées pratiquement tous les jours.

Page 1 of 3 | Next page